Les Jours Sucrés – Anne Montel et Loïc Clément

Photo 16-09-2016 13 09 43 (1).jpg

Je suis une grande fan des illustrations d’Anne Montel mais curieusement, j’ai attendu longtemps avant de lire Les Jours Sucrés. Je n’achète pas de BD, j’en lis volontiers mais j’ai souvent une petite voix maternelle dans ma tête qui me dite « c’est pas d’la vrai lecture ! » et me fait culpabiliser. Après une séance express d’auto-psychanalyse, j’ai renvoyé mon blocage désuet au placard quand j’ai découvert sa jolie histoire.

Je dis ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ 5/5 – Favoris

L’Histoire…

Eglantine, une jeune graphiste drôle, cynique et légèrement blasée apprend que son père est décédé et part en Bretagne régler la succession. Ce père, qu’elle n’a plus vu depuis la séparation de ses parents, lui a en effet légué son bien le plus précieux : la Boulangerie du village. Son enfance lui revient alors qu’elle retrouve sa famille et ses amis, avec ses doux souvenirs comme ses plus douloureux. Eglantine doit alors faire un choix, balayer son passé et retrouver sa vie parisienne décousue ou bien donner une chance au village de son enfance et à ses promesses.

Sous la Couverture…

Loïc Clément aborde là des sujets très sérieux : la séparation, l’urbanisation, l’immigration … qui prennent de la légèreté avec les illustrations délicieuses et enfantines d’Anne Montel. J’ai été très touchée par cet album comme je peux l’être par un roman ou un film et cela m’a beaucoup surprise moi qui ne suis pas très branchée BD habituellement. Peut-être me suis-je retrouvée dans le caractère d’Eglantine ? En tout cas les personnages sont marquants, vrais et drôles, l’histoire est originale et très bien menée, imprévisible et ponctuée en début de chapitres par des facéties de chats très amusantes. J’aime aussi qu’elle se limite à elle-même et ne soit pas le début d’une série, ça lui donne toute sa valeur : un concentré de petite leçons de vies et d’humour. A peine terminé que j’ai eu envie de la relire !

La Couv’

C’est une très jolie illustration, que le format compact de la BD sert en tout point. On a le mystère d’un village de nuit, la lumière de la boulangerie qui s’éveille au matin et des chats aussi curieux et gourmands, une merveille.

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s